mardi, août 18, 2009

Devoirs de vacances

Les vacances sont bien finies, on a repris les corvées comme tagger les 450 articles de ce blog pour faire apparaître des catégories, chose dont j'avais déploré l'absence. Maintenant, c'est quand même plus clair ! Les catégories "bd", "immobilier", "citation" etc.... permettent une sélection rapide.
Ce qui m'a fait accélérer les choses, c'est que le blog doit être présentable pour accueillir les visiteurs de la bloggeuse-star Laurel (j'en avais parlé ici), qui m'a gentiment fait un lien à partir de son article d'hier. Les visiteurs de Laurel (3500 ont cliqué hier !) viennent donc voir mon petit topo sur les couvertures d'Harry Potter. Merci, Laurel !

Cet été, j'ai lu un bouquin de vacances qui m'a bien plu : "Les naufragés de l'île Tromelin" d' Irène Frain.
C'est l'histoire vraie du naufrage de l'Utile (navire négrier) en 1761 sur un minuscule îlot non loin de Madagascar, la cohabitation forcée entre marins et cargaison clandestine d'esclaves, la construction d'un bateau qui s'avèrera trop petit pour embarquer tout le monde , et .... je vous laisse lire ici toute l'histoire si elle vous intéresse. Ce qui est original, c'est le site web mis en place à l'occasion de la sortie du livre, avec les photos du voyage rocambolesque de l'auteur sur ce minuscule îlot.

J'ai également emmené ma douce voir "Good Morning England" que j'avais déjà vu en mai, un film vraiment drôle, avec une galerie de personnages ahurissante, et dont la star est quand même la musique du milieu des 60's. Réticente au départ, ma douce a vraiment accroché et on est tous les deux ressorti de forte bonne humeur. Les branchouilles appellent ça un "feel good movie". Les québécois qui n'aiment pas les anglicismes l'ont traduit par "film pur bonheur". Ca se pourrait bien !
Share/Save/Bookmark

1 commentaire:

Fred a dit…

Good Morning England : ca pête, ca gicle, ca fuse, ca swingue, ca braille, ca boit, ca fume, ca b**** (un peu), ca s'eclate, et tout ca au rythme de la révolution "sonique" des années 60 anglo-saxonnes. Bref, c'est jouissif. Et peut-être tellement plus sain que la techno-beat des ravers. (A voir également pour sourire de la composition de Kevin Branagh en ministre/chefaillon de cabinet coincé et empecheur de swinguer en rond).